Menu

Concours de Dalmatiens

Concours de dalmatiensLa race évolue et il est ainsi sûr ou pas que son travail se place dans la ligne d’évolution de la race. Outre les marques de satisfaction qu’il pourra recueillir, il y trouvera des éléments pour son éducation et son perfectionnement, une confrontation avec des concurrents lui permettant de se rendre compte plus exactement de la valeur des sujets qu’il présente. En décelant ou en connaissant mieux les défauts, les imperfections qui ont échappé jusque-là à sa sagacité, le maître étant bien souvent enclin à considérer ses élèves avec une trop grande bienveillance. L’épreuve de ring est donc bien pour l’exposant une épreuve de vérité.

Concours de Dalmatiens, 23 septembre 2007, Exposition Nationale d’élevage, Tours, Indre et Loir (37), Centre
Anjie = 2ème excellent (2ème à gauche sur la photo) – 23/09/2007 : Nationale d’élevage, Tours, Indre et Loir (37), Centre

Cependant, il ne faudra jamais perdre du vue qu’un gagnant d’exposition comme un champion témoigne de la valeur de ses ascendants, des résultats de sa mise en condition par son éleveur ou son maître, mais pas nécessairement de sa valeur propre comme reproducteur et améliorateur de la race. La question restera posée de savoir s’il pourra transmettre ses qualités à sa descendance. En outre et point à ne pas négliger, l’exposition canine constitue la meilleure des propagandes et des réclames pour la race et aussi pour l’élevage que l’on veut mettre en valeur, faire connaître et apprécier. La réputation d’un élevage ou d’un étalon va ainsi s’établir, petit à petit, à partir des résultats obtenus en exposition.

Ces manifestations ont donc pour but d’une part de procéder à l‘examen individuel d‘un sujet, pour en déterminer sa valeur plastique, pour préciser ses qualités et ses défauts, et en conclusion, lui attribuer un qualificatif par comparaison avec le prototype idéal de la race décrite par le standard. D’autre part, elles constituent aussi un concours puisqu’on y classe seulement les quatre premiers dans l’ordre de la valeur respective et relative.

Ne pas aller en exposition …

En Angleterre l’éleveur atteint de cette affection est appelé « kennel blind ». A force de ne jamais se confronter aux chiens des autres, ou pire même de ne jamais les regarder, cet éleveur finit par établir son propre standard pour sa race. Progressivement les défauts de ses chiens disparaîtront à ses yeux et son regard perdra de l’acuité au point qu’il considérera que tous les autres chiens (ceux qui n’ont pas les défauts des siens) sont mal foutus. Enfin le particulier moyen se piquant de cynophilie en visite dans une exposition viendra vous voir et vous dire que son ‘’Médor’’ qu’il a laissé à la maison, est le portrait craché de votre champion. Les expositions connaissent dans leur ensemble un engouement certain, l’évolution du marché du chien y est pour beaucoup. Des éleveurs en vivent, d’autres le vivent comme une passion et une distraction, d’autres y trouvent une satisfaction et un réconfort, d’autres encore se valorisent au travers. Tous ces acteurs sont de provenances différentes, et les préoccupations de départ sont également différentes. Aussi certaines fins de jugement autour des rings sont quelquefois mouvementées. Le chien est peut être la septième merveille du monde pour son maître mais en aucun cas pour les autres. L’exposition permet aussi aux éleveurs et aux particuliers de se faire leur propre opinion sur les chiens exposés, qu’elle coïncide au non avec celle du juge.