Menu

Quelques conseils

Acquérir un chiot

Acquérir un chiotAcquérir un chiot est une chose merveilleuse et vous aurez des responsabilités envers ce petit animal. Vous souhaitez avoir un chien à la maison, la chose est claire. Mais avant de ce décider pour un teckel, un boxer, un dalmatien ou un chien croisé, il faut réfléchir à ce qu’on attend de ce chien.

Doit-il être avant tout un joyeux camarade de jeu pour les enfants ? Doit-il calmement aller se promener avec des personnes âgées ? Le nouveau propriétaire désire-t-il faire du jogging avec l’animal ? Ou bien le chien doit-il garder la maison ? Suivant ses désirs, on doit pouvoir faire une première sélection de quelques races ou chiens croisés, pour une vie en commun satisfaisante pour tout le monde.

Il existe quelques règles de base qui peuvent vous aider à vous décider. Plus la ville est grande, plus il y a d’étages et plus le chien doit être petit. Un dogue allemand, par exemple, ne se sentirait pas bien dans un appartement étroit sous les toits. Les dos longs sur petites pattes doivent rester au rez-de-chaussée, tout au moins quand il n’y à pas d’ascenseur. Les chiens de races vives ont besoin de place et de temps à leur consacrer. Ils aiment faire beaucoup de promenades, se déchaîner, être occupés et ils ont besoin d’un maître qui les conduit fermement.

De plus, c’est une légende que de croire qu’un chien a besoin d’un jardin. Au contraire, il va vite s’ennuyer s’il est tout seul. Il va, en effet, très vite le connaître par cœur. Tous les jours, s’y trouvent les mêmes odeurs et cela manque d’événements palpitants. Il est beaucoup plus important et intéressant pour le chien d’aller régulièrement se promener avec son entourage. Là, il peut vraiment faire des expériences. Il rencontre d’autres gens et d’autres chiens et peut renifler partout des odeurs provenant d’autres êtres vivants. Il doit pouvoir se déchaîner au moins une fois par jour sur un terrain approprié. Peut y jouer avec d’autres chiens, rapporter des balles ou des branches et faire le fou avec son maître.

On doit aussi réfléchir à cette question lors de l’achat : chien ou chienne ?
Un chien est souvent plus dominant et plus sûr de lui et il doit d’abord apprendre qui est le maître dans la maison.
Une chienne est généralement plus souple, plus calme et trouve souvent sa place plus rapidement dans une famille.

L’acquisition d’un chiot se fait entre 2 et 3 mois, voir plus, mais c’est vraiment la période idéale.

Quelques critères sur le choix du chiot

Quand vous déciderez de devenir le maître de cet attachant animal, vous devrez faire votre choix en fonction de plusieurs critères.

Remarquez d’abord le chiot qui le premier, vient vers vous ; si vous êtes également attiré par lui, sachez qu’il y a beaucoup de chances pour que s’établissent entre vous des liens durables. Mettez le sur le dos et caressez lui le ventre, s’il ne grogne pas et qu’il ne se sauve pas aussitôt, vous aurez un chien soumis, donc plus facile à éduquer.

Consultez tout de même le conseiller canin : il pourrait déceler certains défauts qui auraient pu vous échapper. Ses muscles doivent être solides et son pelage, absolument impeccable. Soulevez les poils pour vous assurer que sa peau est totalement dépourvue de parasites et de squames (lamelle épidermique qui se détache de la peau, normalement ou du fait d’une dermatose).

Faites examiner sans faute le chiot que vous désirez acquérir par un vétérinaire afin d’être certain qu’il n’est pas malade. Si le vendeur refuse de vous donner le chien pour que vous le fassiez ausculter par votre vétérinaire, ne l’achetez pas !

Le grand jour est arrivé. La boule de poils dont vous avez tant rêvé fait son entrée chez vous. Mais pour l’instant, c’est un bébé terrorisé arraché à la douceur maternelle et à la présence rassurante de sa fratrie. Votre première leçon d’éducation commence et le maître mot est patience. Surtout ne le brusquez pas, laissez-le découvrir son nouvel univers tout seul. Encouragez-le simplement en lui parlant d’une voix douce et n’hésitez pas à vous mettre à quatre pattes, histoire d’être à sa hauteur. Vu sa taille, habituez-le progressivement en limitant son espace les premiers jours, tout d’abord à la cuisine, puis au salon et enfin, de lui-même, il visitera la maison toute entière…

Repas, panier, donnez-lui des repères.

Profitez d’un week-end pour l’accueillir car seul dans sa nouvelle demeure, il risque d’avoir peur. Votre présence le sécurisera et s’établira ainsi un sentiment de confiance indispensable à votre future relation. Affectez-lui un coin que vous respecterez. Placez de préférence son panier contre un mur. Par instinct de protection, les chiens aiment se coucher dos au mur, la tête vers l’ouverture du panier. Offrez-lui un endroit très calme mais sachez qu’il n’en fera qu’à sa tête et décidera lui-même de l’emplacement où il se sentira bien. Dans les deux cas, respectez son sommeil : un chiot dort environ quatorze heures par jour !

Un conseil que même vos enfants doivent suivre, sous peine de risquer de vous retrouver avec un animal stressé, qui, en grandissant, peut devenir agressif. Déterminez aussi un coin où vous poserez sa gamelle et son bol d’eau et habituez-le à ne pas quémander à table.

Calme et fermeté, deux qualités indispensables.

Ne le grondez pas, trouvez le ton juste. Inutile de crier ou expliquer. Un animal ne comprend pas plus que les deux ou trois mots maximum inclus dans un ordre. Soyez cohérent au sein de la famille. Tout le monde doit adhérer aux mêmes principes et les mettre en application. L’apprentissage doit donc se faire en douceur, mais soyez intransigeant sur la propreté. Un chiot doit savoir faire ses besoins à 4 mois, sortez le toutes les heures, emmenez le toujours au même endroit. En dernier lieu, jouez avec lui, mais, là encore, ne perdez pas de vue que vous êtes son maître. C’est donc à vous de fixer les limites et de décider du début comme de la fin des échanges. Et n’oubliez pas que le jeu est une merveilleuse façon d’éduquer le chiot à obéir.

Attention, il prend le pouvoir !!

Vous avez manqué de fermeté et, comme les enfants, il en profite.
Lorsque vous rentrez, Médor pose ses pattes sur vos épaules, vous lèche partout. Des démonstrations joyeuses et apparemment anodines, mais qui sont le signe qu’il ne vous respecte pas ! Repoussez-le.
Autres cas de figure : il ose montrer les dents lorsque vous approchez de sa gamelle. Il grogne contre les invités, passe avant vous lorsque vous sortez en balade, refuse la laisse et détruit tout dans la maison en votre absence. Autant de situations qui montrent votre manque d’autorité. Si vous constatez ces comportements, réagissez avant qu’il ne soit trop tard, quitte à vous faire aider par un vétérinaire ou un éducateur comportementaliste.